Opinion palestinienne vis-à-vis de la sécurité, de la paix et de la liberté en Israël et au Moyen-Orient – The Israel Project

  • Une majorité soutient les négociations directes et le processus de paix malgré les difficultés.
  • Soutien pour une solution à deux États, mais les Palestiniens n’ont pas renoncé à une lutte armée et sont toujours favorables à une solution à un État.  
  • Le Hamas fautif pour la situation à Gaza et les Palestiniens hostiles vis-à-vis du Hamas et de l’Iran

Une majorité de Palestiniens, en Cisjordanie et à Gaza, se montre favorable aux négociations directes avec Israël, selon un nouveau sondage sponsorisé par The Israel Project, mais la plupart doit encore se faire à l’idée de l’existence d’un État juif à long terme.

Le sondage, réalisé par Greenberg Quinlan Rosner Research au début du mois d’octobre, prouve que 61 pour cent des Palestiniens sont favorables à des négociations directes, et en général, 60 pour cent disent accepter une solution à deux États. Une majorité de 54 pour cent sont d’accord qu’une paix est possible avec Israël.

Alors que les Palestiniens expriment leur soutien au processus de paix et à une solution à deux États, une majorité refuse de renoncer à la lutte armée et révèle la vision qu’une solution à deux États est davantage une solution à deux étapes – c’est-à-dire la voie vers un seul État palestinien.

Ce conflit apparent est extrêmement nuancé, et il est prouvé que l’opinion peut changer avec une communication précise et un plan détaillé.

Bien que 23 pour cent acceptent la proposition qu’ « Israël a un droit permanent d’exister en tant que patrie du peuple juif, «  deux tiers optent pour la proposition alternative selon laquelle, « avec le temps, les Palestiniens doivent travailler pour reprendre toute la terre en vue d’un État palestinien. »

Par ailleurs, lorsque l’on propose la proposition suivante : « le meilleur objectif est celui d’une solution à deux États vivant côte à côte  » a été soumise aux personnes interrogées, 30 pour cent ont été d’accord, avec 60 pour cent qui ont choisi la proposition alternative selon laquelle «  le réel objectif devrait être de commencer avec deux États pour n’en faire par la suite qu’un seul État palestinien.  »

Et lorsque les personnes interrogées ont répondu à un autre couple de propositions, 58 pour cent ont choisi  » le moment est venu pour la lutte armée  » par rapport à  » le moment est venu de s’engager avec Israël  » – proposition choisie par 36 pour cent.
Les différences existent entre les territoires, avec un soutien à la lutte plus faible à Gaza qu’en Cisjordanie – 51 pour cent par rapport à 62 pour cent, respectivement.

Mais la nuance de l’opinion palestinienne est plus marquée lorsque les personnes interrogées entendent un scénario détaillé. Un scenario où les institutions palestiniennes sont construites en vue de l’indépendance et qu’un accord avec Israël est réalisé, avec des frontières précises sur la base de 1967, avec quelques adaptations. Les changements sont considérables.

À la suite de ce scénario, l’acceptation d’un État d’Israël juif augmente considérablement – de 30 pour cent qui acceptent que «  le meilleur objectif est une solution à deux États avec deux États vivant côte à côte, «  à 50 pour cent qui seraient  » favorables à ce que l’Autorité Palestinienne reconnaisse officiellement Israël comme l’État juif dans le cadre d’une solution à deux États. »
Ce qui revient à 57 pour cent en faveur de la reconnaissance d’Israël en Cisjordanie et 37 pour cent à Gaza, dans cette situation.

Par ailleurs, on note un soutien à certaines initiatives conciliantes envers Israël : 56 pour cent en Cisjordanie et 58 pour cent à Gaza voient l’importance de mettre fin à la coutume consistant à donner aux rues et aux places le nom des  » martyres  » qui ont assassiné des civils, et 51 pour cent en Cisjordanie – par rapport à seulement 12 pour cent à Gaza – sont favorables à la représentation d’Israël sur des cartes de la région dans les livres scolaires et les documents officiels pour montrer qu’il existe.

Ainsi les actions qui pourraient défier le Hamas – soit en faisant pression sur lui pour le faire renoncer au terrorisme (68 pour cent en général disent que c’est un pas important vers la paix), soit en mettant fin aux tirs de roquettes en provenance de Gaza (62 pour cent en général) – obtiennent une note très élevée.

Il s’agit d’une preuve partielle suggérant que les Palestiniens s’éloignent du Hamas.

L’élan favorable au Hamas a chuté cette dernière année ; à Gaza, les sentiments négatifs envers le Hamas ont augmenté de 13 points à 56 pour cent, et en Cisjordanie, les jugements négatifs ont doublé à 53 pour cent.

Le mouvement anti-Hamas se ressent également dans l’accord du leadership et le vote. Mahmoud Abbas obtient une note généralement favorable de 61 pour cent en tant que président de l’Autorité Palestinienne. Salam Fayyad, qui guide une forte croissance économique en Cisjordanie, obtient une note favorable générale de 65 pour cent, pour son travail en tant que Premier ministre. Les deux hommes ont des scores plus élevés à Gaza qu’en Cisjordanie, malgré les obstacles à leur légitimité par le leadership du Hamas à Gaza.

Les Gazaouis désapprouvent les actions du Hamas de 56 à 40 pour cent, avec 31 pour cent qui disent qu’ils désapprouvent fortement. Lorsqu’on a demandé aux personnes interrogées pour qui elles voteraient en cas d’une élection, des majorités fortes à Gaza et en Cisjordanie préfèrent le Fatah (parti de Mahmoud Abbas) au Hamas. En Cisjordanie, le Fatah l’emporte au Hamas par 50 à 28 pour cent ; à Gaza par 44 à 27 pour cent.

Comme le Hamas, l’image de l’Iran est également plutôt médiocre, en particulier à Gaza où 27 pour cent accusent le pays de contribuer aux problèmes auxquels font face les Palestiniens. L’Iran a reçu des notes assez négatives : 55 pour cent de  » froid  » en général avec 39 pour cent qui donnent une note  » très froide « , et son président Mahmoud Ahmadinejad, reçoit des notes presque semblables.

Lorsqu’on a demandé aux personnes interrogées de choisir entre deux propositions sur l’Iran, plusieurs d’entre elles (47 pour cent) sont d’accord avec la proposition selon laquelle «  l’Iran et son président Mahmoud Ahmadinejad ne s’intéressent qu’à eux-mêmes et à leur propre agenda « , avec 43 pour cent qui disent plutôt  » l’Iran et son président Mahmoud Ahmadinejad sont les amis du peuple palestinien. » À Gaza, le pourcentage de ceux qui pensent que l’Iran est un ami du peuple palestinien a chuté à 37 pour cent.

Le sondeur, Stan Greenberg, a dit que le sondage présente des éléments mitigés.  » Il offre une fenêtre particulière sur la pensée des Palestiniens, dans cette conjoncture critique. Certaines choses sont à applaudir, certaines à noter et d’autres sont préoccupantes,  » a-t-il dit.

 » Sur des problèmes à court-terme, les Palestiniens sont pragmatiques et donnent à leur dirigeant l’espace pour diriger – que ce soit la gouvernance ou le processus de paix,  » a-t-il dit.

 » Le Hamas a perdu le soutien des Palestiniens. L’Iran est perçu comme un opportuniste qui a tiré profit du soutien,  » a ajouté Stan Greenberg.

Les personnes interrogées en Cisjordanie signalent de nombreuses améliorations dans les conditions de vie y compris l’accessibilité à des emplois, la qualité du logement et de l’éducation, et la possibilité d’accéder à l’électricité. Ils montrent également des intérêts divers pour les améliorations sociales – lorsqu’on leur a demandé quelles étaient leurs trois priorités, les soins médicaux et l’égalité de l’emploi ont été cités en premier (avec 44 pour cent chacun), suivis de près par une meilleure éducation (41 pour cent) et en troisième, la résolution de la pénurie d’eau (37 pour cent) – avec d’autres facteurs qui suivent.

 » Bien que certaines des données soient très préoccupantes, nous sommes encouragés par le fait que les notes favorables au Hamas parmi les Palestiniens aient baissé considérablement, que ce soit en Cisjordanie ou à Gaza,  » a dit le directeur de TIP en Israël, Marcus Sheff.

 » L’hostilité et les idées fausses à l’égard d’Israël et des Juifs chez nos voisins montrent que les Israéliens et les Palestiniens ont un besoin urgent de communiquer. Afin de changer les perceptions, nous devons travailler avec les Palestiniens et les médias arabes. The Israel Project a été le premier à relever le défi et continuera à le faire, par de nouveaux moyens, en particulier les nouveaux médias et les médias sociaux,  » a-t-il dit.

La taille de l’échantillon du sondage : 854 personnes interrogées, y compris 538 résidents en Cisjordanie et 316 à Gaza. Les interviews ont été réalisées face à face, du 4 au 15 octobre 2010. La marge d’erreur est de plus ou moins trois points.

Ce projet a été sponsorisé par The Israel Project (TIP), est une organisation internationale à but non lucratif destinée à éduquer la presse et le public sur Israël.TIP fournit aux journalistes, aux dirigeants et aux leaders d’opinion des informations exactes concernant Israël.

Ce travail a été dirigé par Stanley Greenberg, titulaire d’un doctorat de philosophie, (Greenberg Quinlan Rosner Research – GQRR) dans le cadre du programme pour les médias arabes au sein de The Israel Project. Un programme qui se focalise pour la paix entre les peuples.

Le rapport a été rédigé pour The Israel Project par Stan Greenberg et Kate Monninger de GQRR

Source : The israel Project

Publicités

Une réponse à “Opinion palestinienne vis-à-vis de la sécurité, de la paix et de la liberté en Israël et au Moyen-Orient – The Israel Project

  1. ……. Fut un temps , je pensais que le peuple palestiniens voulaient la paix mais malheureusement , j ‘ en suis revenu ! je pense que le peuple palestinien ne veut pas la paix , il n ‘ y a qu ‘ a voir leurs dirigeants ……… Devant la presse mondiale , ils feront les braves  » résistants »  » a l ‘ oppression mais voulant néanmoins faire la paix et avec leurs frères arabes et les médias arabes , un autre discourt ! la haine et la reconquête de leurs territoires …………. Les palestiniens sont vraiment un problème pour la paix au moyen orient !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s