Les bons chiffres de la croissance israélienne

( source : IsraelValley ) Selon une première estimation de l’Institut israélien de la Statistique, le Produit Intérieur Brut (PIB) a augmenté de 4.7% au deuxième trimestre de 2010, en rythme annuel. Comparée aux deux trimestres précédents (3,6% puis 4,3%), l’accélération est nette. Dans le secteur marchand, la production a augmenté encore plus vite: + 4,9% au deuxième trimestre de 2010.

Les principaux moteurs de la croissance israélienne restent la consommation des ménages et les exportations. La consommation privée, qui absorbe 40% de la production intérieure, a progressé de 8,7% au deuxième trimestre. Quant aux exportations de biens et services, elles ont augmenté au rythme annuel de 15,8% au cours des trois derniers mois.

La consommation des ménages s’accélère

Les dépenses de consommation des ménages se sont accélérées au deuxième trimestre: elles ont fait un bond de 8,7% par rapport au trimestre précédent. Au premier trimestre de 2010, la consommation privée n’avait progressé que de 2,8% en glissement annuel. Par tête d’habitant, la consommation privée a augmenté 6,8% au second trimestre, contre 0,5% seulement au premier trimestre. Au cours du premier semestre de 2010, les achats des ménages ont augmenté de 3,7%.

L’investissement renoue avec la croissance

Après un désinvestissement en 2009, l’investissement brut (logements, équipement industriel, véhicules, etc.) confirme sa croissance depuis le début 2010: il a augmenté de 11% au deuxième trimestre, succédant à une hausse de 12% au premier trimestre. A noter que l’augmentation de l’investissement a été plus forte pour les ménages (+ 17 %) que pour les entreprises industrielles (+ 7 %).

Le solde extérieur s’améliore

Au second trimestre, les exportations de biens et services se sont accélérées: + 15,8% contre + 5,5% au premier trimestre. Les principales branches qui ont élargi leurs débouchés extérieurs depuis le début de l’année sont l’industrie et le diamant. A l’inverse, les importations totales ont progressé moins vite au second trimestre (+ 8,3%) qu’au premier (+ 21,8%), ce qui laisse entrevoir une contraction du déficit commercial.

Les dépenses publiques stagnent

Au cours du premier semestre 2010, les dépenses publiques (importations militaires exclues) sont restées stables. Au dernier trimestre de 2009, elles avaient progressé de 2,2%.

Une croissance plus forte qu’en Europe

La croissance d’Israël en 2010, qui dépassera les 4%, est largement supérieure à celle de la majorité des pays occidentaux. En glissement annuel, la croissance du PIB reste plus molle en France (+ 1,4%) ou en Allemagne (+ 1,9%) et aux Etats-Unis (+ 2,5%); elle pourrait même être négative en Espagne et Italie.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s